François De Brigode

EXPOSITION

« Au détour d’une conversation, un jour, un de mes amis m’a dit « l’essentiel, à certains moments, c’est de voyager dans sa tête ». Une longue phrase, mais avec un petit quelque chose en plus pour évoquer le rêve.

Les nuages ont toujours été, pour moi, porteurs de rêves. Peut-être est-ce leur côté malléable, multiforme, à la fois figés mais aussi rapides dans leurs déplacements ; bref leur côté complexe qui me plait. D’autant que leur forme permet toutes les interprétations.

Il y a aussi beaucoup de nuances dans les nuages. Nuances et nuages, à quelques lettres près, le même mot. Beaucoup de photographies de cette exposition sont en noir et blanc. Le contraste du noir et blanc me rappelle en effet quelques grands moments photos. Comme « Hudson et Manhattan » de Cartier Bresson, « The face in the surf » de Robert Capa, les photos du belge Michel Vanden Eeckhoudt ou les images de paysages du Somerset par Don Mc Cullin. Mais le noir et blanc, c’est aussi pour moi l’intensité des peintures de Pierre Soulages.

Par cette exposition, j’ai aussi voulu montrer que quels que soient les endroits que l’on traverse, il y a toujours des lieux et des moments magiques. »
- François De Brigode

Dossier de presse

 
 

BIOGRAPHIE

"L’image, toujours l’image... en télé. Et pourquoi pas maintenant plus d’images, mais autrement?! Pendant près de 25 ans de journalisme télé, j’ai commenté, réalisé, participé au montage de reportages grâce aux images tournées par d’autres. Mais avec, toujours en moi, le souvenir du simple plaisir quasi charnel de tenir un appareil photo en main.

Ce plaisir a pris fin brutalement. Cette passion de la photo qui m’animait à l’époque de mes 20 ans s’est éteinte. Un stupide vol a en effet mis un terme à l’usage intensif que je faisais d’un appareil photo au début des années 80. La rage mêlée au désespoir m’a poussé à jeter mes planches complètes, un peu comme l’envie stupide et définitive de mettre fin à cette passion de la photo. Adieu donc planches-contacts de concerts de rock de l’époque (Stones, Clash, Stray Cats, Lavilliers et bien d’autres).

La passion pour la photo ne m’a pour autant jamais abandonné, mais au travers des expos des autres. Une manière aussi de m’imprégner de l’image.
Et puis, un beau jour, il y a quelques années, au hasard d’un cadeau offert par ma compagne... un appareil photos, l’envie d’avoir envie est revenue et la passion est toujours là. »
- François De Brigode

OEUVRES